MCCD (Mediterranean Compared & Connected Diplomatics) – Pour une diplomatique comparée et connectée de l’espace méditerranéen

org. par Paul Bertrand – H37

Version française du projet

Objectifs

L’objectif premier de MCCD (Mediterranean Compared & Connected Diplomatics) vise à comprendre les pratiques documentaires de type diplomatique (documents légaux, de la pratique contractuelle ou judiciaire, de gestion et d’administration) dans les différents espaces du bassin méditerranéen, du 8e au 16e s. PCN, en les comparant et en s’interrogeant sur de potentielles connections entre eux. L’approche comparée permet de visualiser les spécificités et les différences et de nourrir les méthodes d’analyse de celles-ci. L’approche connectée cherche à historiciser les rapports entre les documents, les hommes et les institutions qui les produisent, les utilisent et les conservent, par l’examen de leurs différences et de leurs ressemblances. In fine, cette approche connectée cherche à déterminer si des connections ont pu exister entre ces documents, ces hommes et ces institutions, puis de les expliquer.

La première étape de cette recherche de longue haleine consiste en une structuration du champ disciplinaire : déterminer les chercheuses et chercheurs qui y sont actifs et qui ont envie de collaborer ; les rassembler ; leur offrir un lieu et des espaces de discussion ; proposer un lieu de publication on line et Open Access, autorisé par un comité scientifique solide et reconnu ; construire ensemble une proposition de projet qui permette de donner une impulsion décisive et innovante à ce nouveau champ de recherche. Cette première étape est financée actuellement par un “Crédit de recherche” FNRS, durant les deux prochaines années: la suite y sera définie.

Etat de l’art

Le point faible des études de global and/or connected history, qui ont le vent en poupe, se situe au niveau des objets et des groupes étudiés en parallèle ou en connexion. Bien souvent, ces objets sont difficilement comparables, associables. Des études larges d’histoire globale, traitant des objets de si haut que leurs spécificités peuvent être gommées, sont éminemment profitables. Mais à un niveau monographique, ces études sont plus difficiles à mettre en place, les biais méthodologiques restant dramatiquement importants, notamment la question de l’équivalence des concepts et de la comparabilité des objets. Certains champs disciplinaires permettent cependant ces études en réduisant les biais ou en les prenant en compte naturellement. Le champ des études des pratiques de l’écrit/scripturalité est de ceux-là : les objets documentaires comptent parmi les objets du passé les plus aisés à comparer et à étudier en parallèle. Dans ce cadre, la dynamique des Compared Diplomatics qui a émergé dans les milieux scientifiques non-francophones, autour de quelques initiatives importantes provenant des études arabo-musulmanes ou hébraïsantes, constitue un point d’appui important (Marina Rustow, Judith Olszowy-Schlanger, Konrad Hirschler, Elisheva Baumgarten, Eve Krakowski, Judah Galinsky, Suzanne Akbari, Christian Müller, Frédéric Baudin et beaucoup d’autres). Dans ce nouveau segment disciplinaire, le concept de « diplomatics » est équivalent au concept francophone de « scripturalité » ou étude des cultures graphiques. Il ne s’agit donc pas de la diplomatique au sens strict mais d’une histoire sociale, politique et culturelle des pratiques de l’écrit et des cultures graphiques.

Projet de recherche

Plutôt que chercher des modèles explicatifs globalisants, MCCD (Mediterranean Compared & Connected Diplomatics) cherchera à définir, par exemple, si les créations, usages et processus de conservation documentaires similaires au point de paraître connectés sont le produit d’influences et de circulations de modèles, ou encore s’ils sont liés à des processus de développement différents, internes à chaque espace. Les espaces ne seront évidemment pas considérés comme des touts cohérents, mais il sera nécessaire de distinguer des sous-espaces, des zones spécifiques, des îlots documentaires, comme la diplomatique européenne ou arabe s’est déjà employée à le faire.

Les fonctions documentaires, leurs usages, leurs transformations seront abordées en ce sens. La question de la place du document dans les transformations sociales, politiques, économiques et culturelles sera aussi évoquée : est-ce que les sociétés, les groupes sociaux, les communautés plus ou moins larges, religieuses ou laïques, les nœuds urbains ou les espaces ruraux ou désertiques, les institutions politiques à tous les niveaux ont des pratiques documentaires comparables, similaires ou dissemblables, connectées ou non ? Est-ce que l’écrit diplomatique les justifie, les identifie, les soutient, les dessert, les renforce ? Comment s’en emparent-ils ? Est-ce qu’ils le transforment pour l’adapter, le font évoluer ou s’en désintéressent ?

En définitive, c’est la place de l’écrit diplomatique au sens large au sein des sociétés qu’il faudra étudier, mais aussi la construction de sociétés de l’écrit dans leurs rapports avec d’autres formes de communication (symbolique, orale, picturale, épigraphique, narrative…).

L’aire chronologique, à définir précisément au cours des deux années, se déploiera entre le 8e  et le 16e s., soit entre le moment carolingien et le moment du déploiement de l’Europe colonialiste hors de ses frontières, la naissance du monde arabo-musulman jusqu’à l’éviction des Abbassides par les Ottomans, de la fin du royaume d’Aksoum à l’arrivée des Portugais en Ethiopie. L’espace défini, pour l’instant, s’organise autour de la Méditerranée au sens large (Europe, Asie du sud-ouest, Proche et Moyen-Orient, Afrique du Nord jusqu’à la Corne de l’Afrique (Ethiopie chrétienne). On avisera au cours de ces deux années qui s’annoncent s’il faut le réduire ou l’étendre. L’Extrême Orient pourrait être associé aussi, de manière comparative voire dans le cadre d’une approche connectée (culture du papier, route de la soie…).

La démarche mise en œuvre dans le cadre de MCCD impliquera un cadre de précautions critiques, qui seront à définir au cour des deux années à venir: le vocabulaire commun, la définition des concepts, l’étalonnage de la chronologie, la prise en compte des rythmes et des perceptions d’espace différents…

Plusieurs axes d’analyse seront à définir :

  • Un état des corpus disponibles et une réflexion sur les pertes au fil de l’histoire
  • Une analyse typologique des documents
  • Une analyse matérielle (codicologique), quantitative et/ou qualitative
  • Une analyse textuelle à partir des corpus numérisés (fouille de données, datavisualisation, indexation automatique…)

En parallèle, les institutions productrices, utilisatrices et conservatrices de documents feront l’objet d’études comparées, soit en partant des sources, soit en s’appuyant sur les études existantes

Les analyses favoriseront les pratiques alternées de distant et close reading.

Les objectifs concrets, dans ce premier stade du projet, sont :

  • Rassembler autour d’ateliers de travail en webinaire et en réunions physiques la plupart des chercheurs et chercheuses spécialistes du champ afin d’échanger sur les objets documentaires et les dossiers historiques
  • Consolider la dynamique du champ émergent en développant des publications communes et en favorisant la publication, par un peer review spécialisé, de contributions scientifiques concernant la thématique, par le biais de la création d’une épirevue gérée à l’UCLouvain et à l’IRHT (Paris). Y publier les résultats des ateliers.
  • Préparer un Companion avec toutes les chercheuses et chercheurs intéressés au sein du groupe.

Une première discussion informelle autour de ce projet aura lieu au vIMC Leeds 2020, en tant que “fringe Event”, le 7 juillet, de 19:00 à 20:00 UK time

Pour y accéder, suivez le lien zoom:

https://us02web.zoom.us/j/5994239729

identifiez-vous clairement (nom et prénom) en entrant dans la salle “Zoom” pour ne pas être exclus par le modérateur


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search