CaReMe

Appel à candidatures

2 mandats postdoctoraux (durée : 3 ans)

Analyse codicologique et biocodicologique des reliures carolingiennes

Histoire et codicologie des manuscrits du 8e au 13e s.

CAMBRAI: RELIURES MÉDIÉVALES

Projet de recherches soutenu par le FNRS – PDR FNRS T.0014.21 (2021-2024)

UCLouvain – UNamur – LABO Cambrai

Le projet

CaReMe veut étudier la « mise en livre » des manuscrits médiévaux européens du 8e au 13e s. : comment les médiévaux, au Moyen Âge, réunissent les textes qui les intéressent en ensembles structurés afin de les consulter, de les utiliser et de les conserver. Le point de départ : l’analyse de la constitution matérielle des manuscrits, leur réunion en livres en étudiant principalement la reliure des cahiers et feuillets, pour une série d’établissements cambrésiens dont on a conservé un grand nombre de manuscrits à partir du 8e s. et notamment de reliures anciennes (« carolingiennes » et « romanes »), jamais recensées et jamais étudiées.

Cette enquête d’histoire culturelle et d’archéologie du livre poursuit plusieurs objectifs :

  • Comprendre comment un ensemble d’institutions ecclésiastiques en un espace déterminé (Cambrai, zone francophone mais dans l’empire, à la frontière du royaume de France) conçoivent matériellement la production et l’utilisation de leurs livres au Moyen Âge central;
  • Contextualiser dans une perspective d’histoire culturelle la production de reliures dans un espace non-monastique (la cathédrale de Cambrai), pour des reliures que les conservateurs et restaurateurs ont toujours qualifiées de « carolingiennes » ou de « romanes » sans les associer aux pratiques sociales, culturelles et religieuses de ces temps ;
  • Sortir les reliures d’une approche purement descriptive pour les intégrer comme matériau et objet d’histoire des pratiques de l’écrit.

Plus précisément, les questions posées sont multiples :

  • Comment (et pourquoi) les œuvres (« littéraires », liturgiques, théologiques, scientifiques, juridiques…) sont-elles considérées comme des parties d’un ensemble plus large, quand elles sont rassemblées en livres ? On associera la définition et l’analyse des contenus avec leur mise en cahiers puis l’assemblage de ceux-ci. Leur assemblage doit être étudié pour en dégager les raisons et les biais culturels et religieux.
  • Peut-on distinguer des « trains de reliure » ? Pourquoi de vieilles reliures sont-elles conservées et d’autres remplacées ? Une question d’usure seulement –ou les incendies dont des traces sont visibles sur les reliures ? Que se passe-t-il avec les « anciens cahiers » reliés à nouveau dans des reliures plus récentes ?
  • Peut-on estimer l’importance d’une reliure ? Par rapport à quoi ? sa décoration ? sa complexité de façonnage et d’assemblage ? le coût des matériaux ?
  • Y-a-t-il des politiques de reliure commanditées par des institutions, comme on le voit avec Clairvaux ou d’autres abbayes cisterciennes qui se fournissent en cuir de phoque pour constituer les housses de leurs livres ?

Le terrain de Cambrai est d’autant plus important que les fonds contiennent au moins

  • 6 reliures dites carolingiennes originales, complètes et inconnues jusqu’ici. On conserve un peu moins de 200 reliures carolingiennes « originales » complètes ou partielles dans le monde, de 800 à 1150 environ –elles répondent à un type particulier de reliure dont la structure matérielle naît avec le monde carolingien et disparait vers 1150.
  • Au moins 38 reliures dites « romanes » (un autre type « technique » de reliure lié à la période 1150-1300 environ). Le corpus carolingien connu sera donc réétudié à la lumière des exemplaires carolingiens de Cambrai, tandis que le corpus roman cambrésien sera confronté aux autres corpus romans déjà étudiés.
  • La cinquantaine de « manuscrits à reliures » cambrésiens sera confrontée aussi aux 350 autres manuscrits de Cambrai du 7e à la fin du 13e mais dépourvus, eux, de reliure originale.

La plupart des reliures carolingiennes et romanes de Cambrai sont associées à la Cathédrale de Cambrai: si certaines semblent provenir de monastères cisterciens (Vaucelles ?), l’origine de la plupart reste inconnue : des milieux ecclésiastiques « séculiers » ? On se pose donc la question des artisans qui se cachent derrière ces reliures : sont-ce des moines ou des clercs du siècle, ou encore des laïcs ? N’y-a-t-il pas des ateliers laïques au travail bien plus tôt qu’on ne pense ?  Et si les ateliers de reliure que l’on suppose d’habitude bien intégrés au cœur du monde monastique, dans les abbayes mêmes (c’est une réalité au 15e s. dans l’espace des « anciens Pays-Bas »), n’existaient pas stricto sensu dans le monde carolingien et post-carolingien mais étaient plutôt « séculiers » voire « laïques » ? Voire des relieurs « itinérants » ? Et si les institutions ecclésiastiques avaient ainsi délocalisé ce qui semble être un artisanat spécialisé et complexe ? On soulève donc ici l’importance de ces « métiers du livre » dans la ville dès la fin du monde carolingien, jusqu’au 13e s.

 

Les deux volets du projet

  1. La reliure : archéologie du livre et bio-codicologie

La reliure est au cœur du projet. Au-delà des analyses descriptives traditionnelles, de nouvelles méthodes d’analyse permettent d’approfondir la recherche. Elles ont fait l’objet de développement ces derniers temps, notamment au cœur de la thèse de E. Lévêque, mais aussi par d’autres chercheurs (cf. projet ERC Beast2Craft, dir. M. Collins). Il s’agit d’affiner ces méthodes, de les appliquer à des reliures plus anciennes que les reliures déjà étudiées de la sorte et d’en développer d’autres.

  • Dendrologie (identification des bois utilisés) et éventuellement dendrochronologie si la surface du bois visible est suffisante (origine).
  • Etude des peaux des reliures, et si nécessaire des feuillets (identification par observation sous microscope électronique ou par analyses protéomiques, ADN, analyse optique, etc.). Les données issues des analyses qu’ils pratiqueront seront partagées avec l’ERC Beast2Craft en opendata, et seront publiées et pérennisées sur leurs bases de données.
  • Tomographie (observation des éléments cachés sous la couvrure).
  • Analyse des ferrures (laiton, fer ou acier) associées aux enchaînements (2 à 3 campagnes à la cathédrale) et aux boulons et fermoirs.
  • Reconstitution des structures et de certains matériaux (ou de leur mise en œuvre) par archéologie expérimentale pour une meilleure compréhension des techniques employées par les artisans.
  1. La mise en livre des textes médiévaux : histoire de la mise en livre.

Etudier la reliure des manuscrits sans se poser la question de ce que l’on relie ne pourrait aboutir qu’à de longues énumérations techniques, purement factuelles.  Il faut donc, avant tout, pour les ensembles déterminés, qualifier le contenu et le dater (sans entrer dans le détail) et étudier sa mise en forme rapidement (étude des formats et de la mise en page), afin de dresser un portrait rapide des exemplaires manuscrits des œuvres reliées et des fonctions sociales, intellectuelles et religieuses de ces exemplaires : on ne doit pas relier de la même façon des manuscrits liturgiques écrits à longues lignes en grandes onciales que des textes littéraires antiques ou des bibles glosées. Les œuvres une fois mises en pages et copiées sont constituées en cahiers et en feuillets libres, en livrets. Ces livrets ou cahiers peuvent avoir des vies indépendantes avant la reliure, volontairement ou non. Certains ensembles de cahiers peuvent être reliés, utilisés, puis déreliés et reliés à nouveau, associés avec d’autres œuvres et d’autres cahiers. Le travail du ou des relieurs est probablement à mettre en relation avec le contenu des ouvrages, associé aux recommandations du commanditaire, de ses représentants.

Pour ce faire, les 407 manuscrits cambrésiens seront tous mis à contribution, qu’ils soient dotés d’une reliure d’origine ou non. Le corpus de reliures originales sera, lui, confronté, pour la composante carolingienne comme romane, à des corpus de référence extérieurs : le corpus des 200 reliures carolingiennes à réétudier et le corpus de 170 reliures romanes déjà répertoriées et analysées voici un peu plus d’un an par Élodie Lévêque.

 

L’équipe

Le projet, soutenu par le FNRS belge, sera piloté par l’UCLouvain (Prof. Paul Bertrand) et l’UNamur (Prof. Xavier Hermand), avec Elodie Levêque, docteure en Histoire et spécialiste d’archéologie des reliures médiévales et de bio-codicologie, en collaboration avec la médiathèque LABO de Cambrai (dir. David-Jonathan Benrubi) et avec l’IRHT. Cette équipe encadrera deux postdoctorantes ou postdoctorants qui seront recrutées ou recrutés pour trois ans: l’une/l’un (localisé à l’UCLouvain) spécialisé en codicologie et notamment bio-codicologie, affecté à l’analyse de la matérialité des codices, notamment dans un cadre interdisciplinaire, principalement autour des reliures et l’autre (localisé à l’UNamur) spécialisée en histoire des manuscrits du 8e au 13e s. et codicologie, affectée à l’analyse du contenu des codices et de leur structure intellectuelle et matérielle : identification des textes, mise en page rapide, mise en cahiers.

 

MANDATS POSTDOCTORAUX : APPEL AUX CANDIDATURES

 1. Mandat de recherche postdoctorale (3 ans), autour de l’analyse codicologique et biocodicologique des reliures carolingiennes à l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve), Belgique (équipe H37 – Histoire & Cultures graphiques).

La recherche portera sur l’étude des reliures carolingiennes et romanes (8e-13e s.) de la cathédrale de Cambrai en France, de leurs structures et de leurs matériaux dans le cadre du projet de recherche CaReMe (PDR FNRS T.0014.21, 2021-2024), dir. Prof. P. Bertrand (UCLouvain) & Prof. X. Hermand (UNamur)

Informations sur le poste et la candidature

Le mandat de recherche postdoctorale durera 3 ans, à temps plein. La date de début est négociable ; une date avant décembre 2021 est préférable. Le salaire sera basé sur la grille indiciaire du FNRS/UCLouvain pour les mandats postdoctoraux. Un soutien pour les déplacements associés au projet est prévu.

La recherche impliquera la mise en œuvre d’analyses scientifiques (biologiques, chimiques et physiques) ainsi qu’une collaboration étroite avec des biologistes et d’autres scientifiques d’autres institutions européennes.

Qualifications requises

  * Obtention d’un doctorat en histoire médiévale, histoire du livre ou sciences chimiques ou archéologiques ou autres domaines connexes. Le doctorat doit avoir été soutenu au plus tard 6 ans avant le début du contrat (automne 2021).

  * Expertise dans les structures et les matériaux de la reliure médiévale.

  * Excellentes capacités de communication verbale et écrite, sens de l’organisation, et désir de travailler en collaboration avec d’autres disciplines.

  * Intérêt pour l’art, les artefacts ou les matériaux d’archives et intérêt pour les bibliothèques et les laboratoires scientifiques.

Qualités souhaitées

  * Un bon niveau de français

  * Une expérience de l’application de techniques d’analyse type « sciences dures » aux objets du patrimoine culturel est souhaitable mais pas obligatoire.

Procédure de candidature

  * L’examen des candidatures commence immédiatement et se poursuit jusqu’à ce que le poste soit pourvu.

  * Les candidats doivent envoyer une lettre de motivation décrivant leur intérêt pour le poste, un CV, ainsi que le nom et les coordonnées de deux références à paul.bertrand@uclouvain.be ; xavier.hermand@unamur.be et elodie.leveque@gmail.com.

 

 2. Mandat de recherche postdoctorale (3 ans), à l’Université de Namur, Belgique (Centre Pratiques médiévales de l’écrit [PraME]).

Le mandat de recherche postdoctorale durera 3 ans, à temps plein. La date de début est négociable ; une date avant décembre 2021 est préférable. Le salaire sera basé sur la grille indiciaire du FNRS/UNamur pour les mandats postdoctoraux. Un soutien pour les déplacements associés au projet est prévu.

Qualifications requises :

– Doctorat en histoire médiévale (histoire du livre et des bibliothèques ou autres domaines connexes). Le doctorat doit avoir été soutenu au plus tard 6 ans avant le début du contrat (automne 2021).

– Expérience dans l’étude des sources latines et des manuscrits médiévaux ; maîtrise des disciplines codicologie, paléographie et/ou d’autres sciences auxiliaires.

– Excellentes capacités de communication verbale et écrite, sens de l’organisation, et désir de travailler en collaboration avec d’autres disciplines.

– Un très bon niveau de français.

Les candidats doivent envoyer une lettre de motivation décrivant leur intérêt pour le poste, un curriculum vitae, ainsi que le nom et les coordonnées de deux personnes de référence, à paul.bertrand@uclouvain.be et xavier.hermand@unamur.be. Tout renseignement complémentaire peut être demandé de la même façon à ces adresses.

L’examen des candidatures commence immédiatement et se poursuit jusqu’à ce que le poste soit pourvu.

 

CaReMe

Call for Applications

2 Postdoctoral Associate Positions (3 years)

Codicology and Biocodicology of Carolingian Bindings

History of Medieval Manuscripts and Codicology

Cambrai : Reliures Médiévales / Medieval Bindings

Research Project supported by the FNRS   –  PDR FNRS T.0014.21 (2021-2024)
UCLouvain – UNamur – LABO Cambrai

THE PROJECT

CaReMe proposes to study the making of medieval European books – the idea of gathering manuscript texts into structures in order to access, use and preserve them – from the 8th to 13th centuries. The starting point will be an analysis of the manufacture of books through studying the bindings of a large corpus of manuscripts, the earliest of which date from the 8th century, from Cambrai religious institutions. These Carolingian and Romanesque bindings have never previously been studied or inventoried.

This project aims to investigate the cultural history and the archaeology of the book by:

  • Understanding how medieval religious institutions manufactured and used their books;
  • Contextualizing the production of lay bindings, in social, cultural and religious terms; and,
  • studying the bindings as a material and structural object in parallel with the history of writing practices.

Some question to be answered:

  • How and why were written works considered part of a larger whole? Why would a manuscript be included in a book or, for that matter, be excluded?
  • Can we distinguish between groups of bindings? Are there recognisable institutional binding policies?
  • Can we estimate the importance of a binding?
  • What is the origin of the binding and manuscript, religious or lay?
  • The organization of bookbinding work: monastic or professional. Who was in charge?

The Cambrai collection includes:

  • 6 original Carolingian bindings, complete and unknown until now.
  • At least 38 Romanesque bindings
  • These bound manuscripts will be compared to 350 other unbound manuscripts from Cambrai dating from the 7th to the end of the 14th

  

THE TWO COMPONENTS OF THE PROJECT

  1.     Bookbinding: book archaeology and biocodicology

Beyond traditional descriptive observation of the bindings, new analytical methods will allow for deeper research:

– Dendrology

A study of the skins of the bindings and, if necessary, of the manuscript pages: identification by observation under the microscope electron microscopy, optical analysis, or by proteomic analysis (ERC Beast2Craft project, Pr.  M. Collins), DNA, etc.

– Tomography

– Analysis of fittings

Reconstruction of structures and materials (or their manufacture) by experimental archaeology

  1.    The binding of medieval texts: history of book manufacture

Studying the binding of manuscripts without asking why certain manuscripts were bound together could lead to long technical, purely factual enumerations. It is therefore necessary, above all, for the given sets, to determine and date the content of the manuscripts (without going into detail) and conduct a study its formatting and layout, in order to draw a quick portrait of bound manuscripts and their social, intellectual and religious functions.

 

THE TEAM

The project, supported by the Belgian FNRS, will be piloted by UCLouvain (Prof. Paul Bertrand) and UNamur (Prof. Xavier Hermand), with Elodie Levêque, doctor in History and specialist in the archaeology of medieval bindings, in collaboration with the LABO médiathèque in Cambrai (dir. David-Jonathan Benrubi) in conjunction with the IRHT. This team will supervise two postdoctoral fellows who will be recruited for three years: one (located at UCLouvain) specialising in codicology assigned to the analysis of the materiality of codices, particularly in an interdisciplinary framework, mainly around bindings and the other (located at UNamur) specialising in the history of manuscripts from the 8th to 13th centuries and codicology, assigned to the analysis of the content of codices and their intellectual and material structure: identification of texts, layout, etc.

 

CALL FOR APPLICATIONS: POSTDOCTORAL ASSOCIATE POSITIONS

 1. Postdoctoral Associate Position (3 years) in the Codicology and Biocodicology of Carolingian Bindings at The Faculty of Philosophy, Arts and Letters of the University of Louvain (Louvain-la-Neuve), Belgium.

Founded in 1425, UCLouvain is one of Belgium’s and Europe’s leading universities. The university offers high quality study programmes to 30,957 students, conducts hundreds of research projects. https://uclouvain.be/en

The research will focus on the study of Carolingian and Romanesque bindings (8th- 13th C.) from Cambrai Cathedral in France, their structures and materials as part of the CaReMe research project.(PDR FNRS T.0014.21, 2021-2024), dir. Prof. P. Bertrand (UCLouvain) & Prof. X. Hermand (UNamur)

Position and application information

The postdoctoral associate position is a full-time, 3 year position. The starting date is negotiable; a date before Dec 2021 is preferred. Salary will be based on Louvain’s guidelines for postdoctoral positions. Support for travel associated with projects is provided.

The research will involve the use of scientific analysis and close collaboration with biologists and other scientists from other European institutions.

Required qualifications

  *   Completion of a PhD in Medieval History, History of the Book or chemical or archaeological sciences or other related fields. The Phd must have been defended no more than 6 years before the start of the contract (autumn 2021).

  *   Expertise in medieval Bookbinding structures and materials.

  *   Excellent verbal and written communication skills, organizational skills, and a desire to work collaboratively with other disciplines.

  *   Curiosity about art, artifacts, or archival materials and an interest in engaging with libraries and science labs.

Preferred qualifications

  *   A good level of French

  *   Prior experience with the application of analytical techniques to cultural heritage objects is desirable but not required.

Application process

  *   Review will begin immediately and continue until the position is filled.

  *   Applicants should submit a cover letter describing their interest in the position, a CV, and the names of and contact information for two references to paul.bertrand@uclouvain.be , xavier.hermand@unamur.be & elodie.leveque@gmail.com

 

2. Postdoctoral research mandate (3 years), at the University of Namur, Belgium (Centre Pratiques médiévales de l’écrit [PraME]).

 The postdoctoral fellowship will last 3 years, full-time. The start date is negotiable; a date before December 2021 is preferred. The salary will be based on the FNRS/UNamur salary scale for postdoctoral positions. Support for travel associated with the project is provided.

Qualifications required:

– PhD in medieval history (history of books and libraries or other related fields). The PhD must have been defended no later than 6 years before the start of the contract (autumn 2021).

– Experience in the study of Latin sources and medieval manuscripts; proficiency in codicology, palaeography and/or other auxiliary sciences.

– Excellent verbal and written communication skills, organizational skills, and willingness to work collaboratively with other disciplines.

– A good level of French.

Applicants should send a letter of motivation describing their interest in the position, a curriculum vitae, and the names and contact details of two referees to paul.bertrand@uclouvain.be and xavier.hermand@unamur.be. Any additional information can be requested in the same way at these addresses.

Applications will be considered immediately and will continue to be examined until the position is filled.

 

MCCD (Mediterranean Compared & Connected Diplomatics)

org. by Paul Bertrand – H37

Objectives

The primary objective of MCCD (Mediterranean Compared & Connected Diplomatics) is to understand diplomatics, i.e. documentary practices (legal documents, contractual or judicial practice, management and administration) in the different areas of the Mediterranean basin, from the 8th to the 16th century PCN, by comparing them and questioning potential connections between them. The comparative approach makes it possible to visualize the specificities and differences and to feed the methods of their analysis. The connected approach seeks to historicize the relationships between documents, people and institutions that produce, use and preserve them, by examining their differences and similarities. Ultimately, this connected approach wants to determine if there may have been any connections between these documents, men and institutions, and then to explain them.

The first step in this long-term research consists in structuring the disciplinary field: identifying the researchers who are active in it and who want to collaborate; bringing them together; offering them a place and spaces for discussion; proposing a place for online and Open Access publication, authorized by a solid and recognized scientific committee; building together a project proposal that will give a decisive and innovative boost to this new field of research. This project, which is funded by a FNRS research credit for the next two years, will be further strengthened.

 State of the art

The weak point of global and/or connected history studies, which have the wind in their sails, is in the objects and groups studied in parallel or in connection. Very often, these objects are difficult to compare and associate. Broad studies of global history, dealing with objects from so far, from a so large perspective, that their specificities can be erased, are eminently beneficial. But at a monographic level, these studies are more difficult to implement, as methodological biases remain dramatically important, particularly the question of the equivalence of concepts and the comparability of objects. However, some disciplinary fields allow these studies by reducing bias or by taking them into account naturally. The field of study of writing/graphic practices is one of these: documentary objects are among the easiest objects of the past to compare and study in parallel. In this context, the dynamics of Compared Diplomatics that have emerged in non-French-speaking scientific circles, around some important initiatives from Arab-Muslim or Hebrew studies, constitute an important support point (Marina Rustow, Judith Olszowy-Schlanger, Konrad Hirschler, Elisheva Baumgarten, Eve Krakowski, Judah Galinsky, Suzanne Akbari, Sabine Schmidtke, Christian Müller, Frédéric Baudin, among many others). In this new disciplinary segment, the concept of « Diplomatics » is equivalent to the French-speaking concept of « scripturalité » or the study of graphic cultures. It is therefore not a question of diplomatics in the strict sense of the term, but of a social, political and cultural history of the practices of the (pragmatic) written word and graphic cultures.

Research Project

Rather than seeking globalizing explanatory models, MCCD (Mediterranean Compared & Connected Diplomatics) will seek to define, for example, whether documentary creations, uses and preservation processes that are so similar that they appear to be connected are the product of influences and model flows, or whether they are linked to different development processes within each space. The spaces will obviously not be considered as coherent, but it will be necessary to distinguish sub-areas, specific areas, documentary islands, as European or Arab diplomacy has already attempted to do.

Documentary functions, their uses and transformations will be addressed in this sense. The question of the document’s place in social, political, economic and cultural transformations will also be raised: do societies, social groups, larger or smaller religious or secular communities, urban nodes or rural or desert spaces, political institutions at all levels have comparable, similar or dissimilar documentary practices, connected or not? Does the diplomatic writing justify them, identify them, support them, serve them, strengthen them? How do they get it? Do they transform it to adapt it, make it evolve or lose interest?

Finally, it is the place of the writing of diplomatics within societies that will have to be studied, but also the construction of writing societies in their relations with other forms of communication (symbolic, oral, pictorial, epigraphic, narrative…).

The chronological area, to be defined precisely during the two years, will be deployed between the 8th and 16th centuries, i.e. between the Carolingian moment and the moment of the deployment of colonialist Europe outside its borders, from the birth of the Arabic-Muslim world until the eviction of the Abbasids by the Ottomans, from the end of the Aksum kingdom to the arrival of the Portuguese in Ethiopia. The defined area, for the time being, is organised around the Mediterranean in the broadest sense (Europe, South-West Asia, Near and Middle East, North Africa to the Horn of Africa (esp. Christian Ethiopia). It will be advised within two years whether it should be reduced or expanded. The Far East could also be associated, in a comparative way or even within the framework of a connected approach (paper culture, Silk road…).

The approach implemented within MCCD will involve a framework of critical precautions, which will have to be defined over the course of the two years: the common vocabulary, the definition of concepts, the calibration of the chronology, the taking into account of different rhythms and perceptions of space…

Several areas of analysis will have to be defined:

  • an overview of the available corpora and a reflection on losses over the course of history
  • a typological analysis of the documents
  • a material (codicological), quantitative and/or qualitative analysis
  • a textual analysis based on digitized corpora (data mining, datavisualization, automatic indexing…)
  • to be continued…

In parallel, institutions producing, using and preserving documents will be the subject of comparative studies, either from sources or based on existing studies.

The analyses will encourage alternating distant and closed reading practices.

The main concrete objectives in the first step of this project are:

  • Gather most researchers specialized in the field around workshops in webinars and physical meetings to discuss documentary objects and historical files
  • Consolidate the dynamics of the emerging field by developing joint publications and promoting the publication, through a specialized peer review, of scientific contributions concerning the theme, through the creation of an overlay journal managed at UCLouvain and IRHT (Paris). Publish there the results of the workshops.
  • Prepare a Companion with all researchers involved in the project, about MCCD.
  • … to be continued

A first unformal discussion about this project will take place at the vIMC Leeds 2020, as a fringe event, on 7 July, from 19:00 to 20:00 UK time.

To access it, follow the zoom link:

https://us02web.zoom.us/j/5994239729

Identify yourself clearly (name and surname) when entering the « room » so as not to be excluded by the moderator

 

Version française ci-dessous  >>>>

 

MCCD (Mediterranean Compared & Connected Diplomatics) – Pour une diplomatique comparée et connectée de l’espace méditerranéen

org. par Paul Bertrand – H37

Version française du projet

Objectifs

L’objectif premier de MCCD (Mediterranean Compared & Connected Diplomatics) vise à comprendre les pratiques documentaires de type diplomatique (documents légaux, de la pratique contractuelle ou judiciaire, de gestion et d’administration) dans les différents espaces du bassin méditerranéen, du 8e au 16e s. PCN, en les comparant et en s’interrogeant sur de potentielles connections entre eux. L’approche comparée permet de visualiser les spécificités et les différences et de nourrir les méthodes d’analyse de celles-ci. L’approche connectée cherche à historiciser les rapports entre les documents, les hommes et les institutions qui les produisent, les utilisent et les conservent, par l’examen de leurs différences et de leurs ressemblances. In fine, cette approche connectée cherche à déterminer si des connections ont pu exister entre ces documents, ces hommes et ces institutions, puis de les expliquer.

La première étape de cette recherche de longue haleine consiste en une structuration du champ disciplinaire : déterminer les chercheuses et chercheurs qui y sont actifs et qui ont envie de collaborer ; les rassembler ; leur offrir un lieu et des espaces de discussion ; proposer un lieu de publication on line et Open Access, autorisé par un comité scientifique solide et reconnu ; construire ensemble une proposition de projet qui permette de donner une impulsion décisive et innovante à ce nouveau champ de recherche. Cette première étape est financée actuellement par un « Crédit de recherche » FNRS, durant les deux prochaines années: la suite y sera définie.

Etat de l’art

Le point faible des études de global and/or connected history, qui ont le vent en poupe, se situe au niveau des objets et des groupes étudiés en parallèle ou en connexion. Bien souvent, ces objets sont difficilement comparables, associables. Des études larges d’histoire globale, traitant des objets de si haut que leurs spécificités peuvent être gommées, sont éminemment profitables. Mais à un niveau monographique, ces études sont plus difficiles à mettre en place, les biais méthodologiques restant dramatiquement importants, notamment la question de l’équivalence des concepts et de la comparabilité des objets. Certains champs disciplinaires permettent cependant ces études en réduisant les biais ou en les prenant en compte naturellement. Le champ des études des pratiques de l’écrit/scripturalité est de ceux-là : les objets documentaires comptent parmi les objets du passé les plus aisés à comparer et à étudier en parallèle. Dans ce cadre, la dynamique des Compared Diplomatics qui a émergé dans les milieux scientifiques non-francophones, autour de quelques initiatives importantes provenant des études arabo-musulmanes ou hébraïsantes, constitue un point d’appui important (Marina Rustow, Judith Olszowy-Schlanger, Konrad Hirschler, Elisheva Baumgarten, Eve Krakowski, Judah Galinsky, Suzanne Akbari, Christian Müller, Frédéric Baudin et beaucoup d’autres). Dans ce nouveau segment disciplinaire, le concept de « diplomatics » est équivalent au concept francophone de « scripturalité » ou étude des cultures graphiques. Il ne s’agit donc pas de la diplomatique au sens strict mais d’une histoire sociale, politique et culturelle des pratiques de l’écrit et des cultures graphiques.

Projet de recherche

Plutôt que chercher des modèles explicatifs globalisants, MCCD (Mediterranean Compared & Connected Diplomatics) cherchera à définir, par exemple, si les créations, usages et processus de conservation documentaires similaires au point de paraître connectés sont le produit d’influences et de circulations de modèles, ou encore s’ils sont liés à des processus de développement différents, internes à chaque espace. Les espaces ne seront évidemment pas considérés comme des touts cohérents, mais il sera nécessaire de distinguer des sous-espaces, des zones spécifiques, des îlots documentaires, comme la diplomatique européenne ou arabe s’est déjà employée à le faire.

Les fonctions documentaires, leurs usages, leurs transformations seront abordées en ce sens. La question de la place du document dans les transformations sociales, politiques, économiques et culturelles sera aussi évoquée : est-ce que les sociétés, les groupes sociaux, les communautés plus ou moins larges, religieuses ou laïques, les nœuds urbains ou les espaces ruraux ou désertiques, les institutions politiques à tous les niveaux ont des pratiques documentaires comparables, similaires ou dissemblables, connectées ou non ? Est-ce que l’écrit diplomatique les justifie, les identifie, les soutient, les dessert, les renforce ? Comment s’en emparent-ils ? Est-ce qu’ils le transforment pour l’adapter, le font évoluer ou s’en désintéressent ?

En définitive, c’est la place de l’écrit diplomatique au sens large au sein des sociétés qu’il faudra étudier, mais aussi la construction de sociétés de l’écrit dans leurs rapports avec d’autres formes de communication (symbolique, orale, picturale, épigraphique, narrative…).

L’aire chronologique, à définir précisément au cours des deux années, se déploiera entre le 8e  et le 16e s., soit entre le moment carolingien et le moment du déploiement de l’Europe colonialiste hors de ses frontières, la naissance du monde arabo-musulman jusqu’à l’éviction des Abbassides par les Ottomans, de la fin du royaume d’Aksoum à l’arrivée des Portugais en Ethiopie. L’espace défini, pour l’instant, s’organise autour de la Méditerranée au sens large (Europe, Asie du sud-ouest, Proche et Moyen-Orient, Afrique du Nord jusqu’à la Corne de l’Afrique (Ethiopie chrétienne). On avisera au cours de ces deux années qui s’annoncent s’il faut le réduire ou l’étendre. L’Extrême Orient pourrait être associé aussi, de manière comparative voire dans le cadre d’une approche connectée (culture du papier, route de la soie…).

La démarche mise en œuvre dans le cadre de MCCD impliquera un cadre de précautions critiques, qui seront à définir au cour des deux années à venir: le vocabulaire commun, la définition des concepts, l’étalonnage de la chronologie, la prise en compte des rythmes et des perceptions d’espace différents…

Plusieurs axes d’analyse seront à définir :

  • Un état des corpus disponibles et une réflexion sur les pertes au fil de l’histoire
  • Une analyse typologique des documents
  • Une analyse matérielle (codicologique), quantitative et/ou qualitative
  • Une analyse textuelle à partir des corpus numérisés (fouille de données, datavisualisation, indexation automatique…)

En parallèle, les institutions productrices, utilisatrices et conservatrices de documents feront l’objet d’études comparées, soit en partant des sources, soit en s’appuyant sur les études existantes

Les analyses favoriseront les pratiques alternées de distant et close reading.

Les objectifs concrets, dans ce premier stade du projet, sont :

  • Rassembler autour d’ateliers de travail en webinaire et en réunions physiques la plupart des chercheurs et chercheuses spécialistes du champ afin d’échanger sur les objets documentaires et les dossiers historiques
  • Consolider la dynamique du champ émergent en développant des publications communes et en favorisant la publication, par un peer review spécialisé, de contributions scientifiques concernant la thématique, par le biais de la création d’une épirevue gérée à l’UCLouvain et à l’IRHT (Paris). Y publier les résultats des ateliers.
  • Préparer un Companion avec toutes les chercheuses et chercheurs intéressés au sein du groupe.

Une première discussion informelle autour de ce projet aura lieu au vIMC Leeds 2020, en tant que « fringe Event », le 7 juillet, de 19:00 à 20:00 UK time

Pour y accéder, suivez le lien zoom:

https://us02web.zoom.us/j/5994239729

identifiez-vous clairement (nom et prénom) en entrant dans la salle « Zoom » pour ne pas être exclus par le modérateur

Medieval European Cartularies – Workshop 2019

18 novembre 2019 – Ecole Française de Rome

18 novembre

10h-13h

Pr. François Bougard (IRHT) et Pr. Umberto Longo (Roma La Sapienza), ‘Gregorio di Catino à l’heure du numérique’.
Pr. Francesca Tinti (Ikerbasque Research Professor, UPV/EHU), ‘The Becerro Galicano of San Millán de la Cogolla and the first digital edition of a Spanish medieval cartulary’.
Pr. Julien Théry (Université de Lyon2), ‘APOSCRIPTA Database – Lettres des papes (http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/aposcripta/page/accueil) : une base de données textuelle évolutive et collaborative en open linked data’.
Dr. Joanna Tucker (University of Glasgow), ‘What is a cartulary? Medieval and Modern Perspectives from Scotland’.

14-18h

Atelier « répertoire des cartulaires ecclésiastiques italiens », animé par Prof. Jean-Marie Martin (EFRome) et Prof. Cristina Carbonetti (U. Roma Tor Vergata).

19 novembre

10-12h30

Jérôme Limorté (doctorant, Lettres Sorbonne Université) ‘Les cartulaires du comté de Blois (fin XIIIe siècle- début XIVe siècle) : entre sélection, conservation et administration’.
David Bardey (doctorant, université de Bourgogne), ‘Le cartulaire de la seigneurie de Chassagne et le chartrier des Desrée (vers 1290)’.
Pr. Paul Bertrand (UClouvain-IRHT) (avec la coll.de N. Verpeaux), ‘Les cartulaires ecclésiastiques de l’espace « wallon » au Moyen Âge’.

Prochaine conférence séminaires PraME – 30 octobre 2019

La première conférence du cycle 2019-2010 des séminaires du PraME aura lieu le mercredi 30 octobre à 16h15 ( local L34 – séminaire d’Histoire, Faculté de Lettres et Philosophie de l’Université de Namur).
L’invitée sera Carine Van Rhijn (Universiteit Utrecht). Elle présentera un exposé sur Manuscripts for priests as a window on Carolingian culture.

Le programme complet des séminaires de cette année est en cours de finition. Il sera publié dès que possible. La deuxième rencontre est prévue pour le mercredi 27 novembre et aura pour invité Nicholas Paul.

Atelier – Du parchemin à la fouille de données. Nouveaux outils pour la création, la formalisation et l’analyse des corpus médiévaux

Le numérique s’est aujourd’hui imposé comme un outil incontournable pour le médiéviste. Depuis plusieurs décennies, un certain nombre d’historiens et de philologues du Moyen Âge appuient en effet leurs travaux sur des éditions numériques et des bases de données, dont la conception a parfois été pensée dès le milieu des années 1960. Pourtant, en dépit des apparences, l’exploitation de ces instruments de recherche et de ces corpus demeure globalement en-deçà de leurs potentialités. Hormis quelques notables exceptions, rares sont les médiévistes à s’être engagés dans une approche quantitative globale et fouillée des ensembles documentaires numérisés. Sans être exclusives des lectures plus traditionnelles, de nouvelles méthodes d’analyse permettent d’interroger ces corpus de manière inédite. L’objectif de cet atelier sera d’offrir une première initiation à des outils informatiques de création, de formalisation et d’analyse des corpus textuels médiévaux. Il s’agira ici d’apprendre le maniement d’un certain nombre d’outils et de méthodes d’analyse que chacun pourra ensuite appliquer à son propre corpus.

Concrètement, l’atelier se propose de former les stagiaires à la création et au traitement complet d’un corpus textuel : de l’acquisition des données jusqu’à leur analyse statistique, en passant par la formalisation. Différentes problématiques seront abordées, à commencer par celle de la reconnaissance optique des caractères (OCR) et du traitement à appliquer aux données collectées pour les rendre exploitables dans le cadre d’une analyse numérique. Une large place sera également accordée à la question de la formalisation des corpus, à travers l’apprentissage de techniques de nettoyage de texte (« expressions régulières » ou regex), de lemmatisation et d’encodage de métadonnées. Enfin, la troisième partie de la formation sera consacrée à l’analyse historienne proprement dite. Les participants y apprendront à réaliser des enquêtes élémentaires à l’aide de l’outil TXM et à produire des visualisations de données pertinentes et efficaces. Des exercices pratiques seront proposés tout au long des séances, en vue de garantir une bonne assimilation de la formation.

Ce rendez-vous se clôturera par une journée de « hackathon » ouverte aux stagiaires ainsi qu’à des participants maîtrisant déjà les outils présentés lors de la formation. L’ambition de cette dernière journée sera double : il s’agira, d’une part, de mettre en application les notions apprises lors des étapes précédentes et, d’autre part, de construire ensemble un nouveau corpus textuel. Ce dernier sera ensuite mis librement à disposition de la communauté des médiévistes. En travaillant au sein de groupes restreints, les stagiaires seront amenés à nettoyer et à assurer le traitement d’un corpus déjà OCRisé, mais ne se présentant à l’heure actuelle que sous la forme d’un texte brut : celui des Cartulaires de Notre-Dame de Paris publiés par Benjamin Guérard au milieu du XIXe siècle.

Si vous souhaitez participer à cet atelier, merci de vous y inscrire avant le vendredi 27 septembre 2019 à l’adresse suivante : ateliernouveauxoutils@gmail.com . Nous vous serions reconnaissants de préciser si vous vous inscrivez à l’ensemble de la formation ou à la seule journée de hackathon. Quelques jours avant le début de la formation, les stagiaires recevront une liste d’outils qu’ils seront invités à télécharger et à installer sur leur ordinateur portable. La formation est gratuite et ouverte à tous (étudiants de Master, doctorants, postdoctorants, enseignants-chercheurs, …).

Structure du programme :

Lundi 28 octobre 2019

I. Acquisition et nettoyage des données
I.1. Du papier au numérique
I.2. OCRisation – Partie 1 : acquisition et pré-traitement
I.3. OCRisation – Partie 2 : post-traitement

II. Traitement, formalisation et création d’un corpus (début)
II.1. Nettoyer un texte : les regex ou « expressions régulières »
II.2. Lemmatisation (aspects théoriques)

Mardi 29 octobre 2019

II. Traitement, formalisation et création d’un corpus (fin)
II.3. Outils disponibles et formats d’entrée
II.4. Intégrer des métadonnées

III. L’analyse historienne
III.1. Enquêtes élémentaires
III.2. Visualiser les données

Mercredi 30 octobre 2019

IV. Hackathon – Ouvert à tous

Informations pratiques :

Campus Condorcet (Paris), le numéro du local sera communiqué ultérieurement.
28-30 octobre 2019

Comité organisateur :
– Paul Bertrand (UCLouvain)
– Étienne Cuvelier (ICHEC)
– Sébastien de Valeriola (ICHEC, UCLouvain, ULB)
– Nicolas Perreaux (UNamur)
– Nicolas Ruffini-Ronzani (UVSQ / UNamur)

Partenaires :

Consortium COSME2
Campus Concorcet
Institut de Recherche et d’Histoire des Textes
TGIR Huma-Num
« Quaresmi », laboratoire de recherche de l’ICHEC Brussels Management School
« H 37 – Histoire et culture graphiques », groupe de recherche de l’UCLouvain
« Pratiques médiévales de l’écrit », centre de recherche de l’UNamur

Affiche au format PDF : Atelier – Nouveaux outils

Source : COSME2

 

Prochain séminaire H37 le 15 mai- Nicolas Schroeder

Mercredi 15 mai 2019, Nicolas SCHROEDER (ULB-FNRS) interviendra dans le séminaire H37 avec une conférence sur :

La crainte du livre : l’écrit dans les interactions entre seigneurs et dépendant.e.s entre Seine et Rhin du 11e au 13e siècle

La rencontre aura lieu à 14h à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve, Faculté de Philosophie, Arts et Lettres, Collège Érasme ( place Blaise Pascal, 1 ), local ERAS 74.

Activités du PraME mai 2019

Le mois de mai s’annonce dense en activités pour le centre de recherche sur le Pratiques médiévales de l’écrit (PraME) de l’Université de Namur. Voici un petit rappel des rendez-vous à venir :

  • mercredi 8 mai : séminaire PraME, avec un exposé de Lucien Reynhout (KBR) sur la bibliothèque médiévale de Gembloux – programme ici
  • lundi 13 mai : journée d’études sur « La matière épique dans l’Europe romane au Moyen Âge. Persistances et trajectoires« , organisée par Anna Constantinidis et Cesare Mascitelli – affiche  ici
  • mardi 14 mai (et non pas mercredi 15, comme annoncé dans le programme) : séminaire PraME, avec un exposé de Marco Cursi et Andrea Mazzucchi (Università degli Studi di Napoli Federico II) sur un manuscrit de la Divine Comédie – programme ici
  • jeudi 16 mai : journée d’études sur « Les sermons anonymes latins dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge« , organisée par Matthieu Pignot – programme ici

21 et 22 mars 2019 – Colloque : Les manuscrits hagiographiques du nord de la France et de la Belgique actuelle à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe s.) : fabrication, fonctions et usages.


21 mars 2019 Université de Namur, Salle NARC, 55 rue de Bruxelles, Namur
22 mars 2019 Université Catholique de Louvain, Salle du Conseil, Faculté de Philosophie, Arts et Lettres, Place Cardinal Mercier, 14, Louvain-la-Neuve

Programme:

21 MARS — UNIVERSITÉ DE NAMUR, SALLE NARC

9h00 Accueil

9h15 : Conférence d’ouverture par Barbara FLEITH (Université de Genève)Les manuscrits de la Legenda aurea dans les traductions néerlandaises aux XIVe-XVIe siècles : fabrica on et usages

L’espace belge – 10h00

Xavier HERMAND (Université de Namur)Composer, compiler et copier des
hagiographiques à la n du Moyen Âge : le cas des maisons religieuses du Namurois

Pause

Véronique SOUCHE-HAZEBROUCK (Paris)La figure de l’évêque dans l’œuvre de Jean Gielemans : de la collection de Vies abrégées à une chorographie sacrée du Brabant ?
Renaud ADAM (Université de Liège) – Imprimerie et littérature hagiographique dans les Pays-Bas méridionaux (1473-1520)

Werner VERBEKE (KU Leuven)Prolégomènes à une Bibliotheca Hagiographica
Neerlandica

13H15 Déjeuner

14h30 : Chloé MAILLET (ESBA Angers/EHESS)Singularité et sérialité de l’unique manuscrit latin enluminé de la Légende Dorée au XVe siècle (Glasgow UL 1111)

Usages et fonctions des manuscrits hagiographiques latins

Bastien DUBUISSON (KU Leuven) – Le grand légendier de l’abbaye Saint-Maximin de Trèves, analyse codicologique et mise en contexte d’une collection hagiographique monumentale
Mickaël WILMART (Paris, EHESS, Centre de recherches historiques)Une hagiographie subalterne ? Un manuscrit perdu des miracles de sainte Foy, enregistrés à Coulommiers (Ile-de-France) au XVe siècle

22 MARS — UNIVERSITÉ CATHOLIQUE DE LOUVAIN- SALLE DU CONSEIL

10h00 : Accueil

10h15 : Le Nord-Ouest de la France

Sarah OLIVIER (Université de Genève)La sainte et l’histoire. Le ms. BnF lat. 917, libellus de de sainte Clotilde au XIVe siècle : entre pratiques dévotionnelles et interpellations politiques
Marjolaine LÉMILLAT (Université Paris-Est Créteil)Manuscrits hagiographiques et saints bretons en Bretagne à la fin du Moyen Âge (XIVe-début XVIe siècle)

Fernand PELOUX (Université de Namur) et Laura VANGONE (Université de Caen)Autour du manuscrit A. 40 (1412) de la Bibliothèque Municipale de Rouen, XVIe siècle
12H30 Déjeuner

14h00 : Retour aux manuscrits hagiographiques vernaculaires du Nord de la France

Esther Dehoux, Marc Gil, Mathieu Vivas (IRHiS, ULille)Exécutions, supplices et martyres dans le décor du manuscrit 795 de la BM de Lille (Vies de saints, fin XVe siècle)
Ariane PINCHE (Paris, École Nationale des Chartes)L’édition numérique d’une collection hagiographique du Nord de la France : Li Seint Confessor de Wauchier de Denain, une œuvre sérielle et son contexte manuscrit
Pause

André VAUCHEZ (AIBL) – Conclusions
16H30 Fin des travaux

Séminaires H37 – Programme du 1er quadrimestre 2018-2019

Ouverts à tous, ces séminaires visent à présenter les recherches en cours des membres du groupe H37 ou de jeunes chercheurs dont les travaux concernent l’histoire des pratiques de l’écrit.

Pour le premier quadrimestre 2018/2019, ils se tiendront à l’Université Catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve) selon le calendrier suivant:

mardi 13 novembre 2018, 11h-13h – Salle du Conseil de l’ISP
Marie VAN EECKENRODE (Archives de l’État/Université Catholique de Louvain)
Mettre en archives les réactions post-attentats. Mémoriaux éphémères et mémorialisation immédiate

mardi 4 décembre 2018, 11h-13h – Salle ERAS 61 (FIAL)
Emilie MINEO (Université de Namur)
Exercice de codicologie virtuelle. Reconstituer la matérialité du Petit registre de cuir noir des archives communales de Tournai (début du XIVe s.) après sa destruction en 1940

lundi 10 décembre 2018, 14h-16h – Salle B.321 (Mercier FIAL)
Nicolas RUFFINI-RONZANI (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines)
Production, diffusion et réception des lois au Moyen Âge central : le cas des chartes pénale et féodale de Hainaut (juillet 1200)

demande d’information: carnet.rescript@gmail.com